Vous avez créé la structure qui est devenue BlaBlaCar en 2006. Onze ans plus tard, quel regard portez-vous sur l’évolution de l’environnement pour les entrepreneurs ?
Beaucoup de choses ont changé. Tout d’abord, avec les accélérateurs et autres incubateurs, l’écosystème s’est structuré pour fournir des capacités de financement à toutes les étapes des projets. C’est un vrai changement, factuel, concret, que l’on peut tous observer. Et puis, il y a un autre changement qui relève davantage du ressenti personnel : en résumé, il n’est plus nécessaire de cacher à ses parents qu’on lance une start-up. L’aventure entrepreneuriale est désormais acceptée socialement, voire souhaitée. Pour autant, est-ce que chaque entrepreneur qui se lance est prêt à accepter toutes les conséquences d’un tel choix, c’est une autre question…

Au début, vous avez rencontré beaucoup de perplexité. Comment dépasse-t-on cela ?
Parler de « perplexité » est un euphémisme. Le plus dur, je crois, c’est de voir dans le regard de personnes qui vous sont proches quelque chose qui ressemble à… de la compassion. Ce n’est pas facile à vivre. Dans ce genre de moment, si vous n’êtes pas totalement convaincu par votre projet, si vous ne l’avez pas dans les tripes, vous ne pouvez pas tenir.

Savoir s’entourer des bonnes personnes, une compétence clé de l’entrepreneur ?
Oui, bien sûr, ça fait partie des 3 compétences fondamentales. Il faut aussi savoir formuler un produit pour un marché, s’entourer et orchestrer le financement de son projet.

Malgré un agenda qu’on imagine tendu, vous prenez le temps de partager votre expérience d’entrepreneur – vous étiez d’ailleurs le parrain de la promotion 2016 de Réseau Entreprendre Paris. Pourquoi cet engagement ?
Vous connaissez sans doute notre mantra chez BlaBlaCar : « Share More, Learn More ». Personnellement, je n’ai jamais rencontré quelqu’un qui n’avait rien à m’apprendre. Après, c’est juste, il faut rendre cela compatible avec un agenda bien rempli, d’où la recherche de méthodes ou de canaux efficaces pour se rendre utile. Et, de ce point de vue, une association comme Réseau Entreprendre, avec ses promotions de lauréats, offre un contexte favorable à ce type de partage. J’essaie aussi de publier régulièrement sur LinkedIn pour partager des retours d’expérience ou des convictions qui me tiennent à cœur.

 

Réseau Entreprendre accompagne de nombreuses entreprises à succès : Mano Mano, My Little Paris, Michel et Augustin, et tant d’autres … des entreprises porteuses de dizaines, voire centaines d’emplois. Où ces entrepreneurs trouvent-ils l’énergie pour faire grandir leur entreprise ? Comment ces hommes et ces femmes se réinventent-ils chaque jour pour conquérir de nouveaux marchés ? Quel est leur conseil pour atteindre la croissance ? Partons à la rencontre des entrepreneurs ambitieux de la communauté Réseau Entreprendre qui nous livrent les 3 clés de la réussite de leur croissance.

 

1 – La vision de l’entrepreneur :

Enclencher un processus de croissance repose avant tout sur une vision affirmée, en phase avec ses convictions personnelles. David Rebeyren, fondateur de RS Developpement, lauréat de Réseau Entreprendre Provence, souligne l’importance de cette réflexion stratégique : « Avoir une vision et savoir où l’on veut aller, dans les moments difficiles cela aide à garder le cap. » mais à cette vision il faut ajouter de la rigueur comme le précise Philippe de Chanville, co-fondateur de Mano Mano, lauréat de Réseau Entreprendre Paris : « La croissance vient de la qualité d’exécution : il faut donc recruter les bonnes personnes pour exécuter le plan de développement. ».

2 –  La dynamique collective :

La différence entre un entrepreneur et un indépendant ? L’aventure collective !

« Au début on a une spécialité (commerciale, financière…) puis cela évolue car on devient chef d’entreprise (lead, stratégie, vision…). Mais tout cela ne serait pas intéressant sans l’équipe. Bien sûr, le dirigeant donne le cap dans une aventure collective mais sans la dynamique de groupe, on arrêterait. L’accomplissement personnel n’est possible que dans un cadre collectif » explique David Rebeyren. Thierry Géant , partner chez Visconti rajoute : « L’entrepreneur doit créer un cadre de valeurs qui servira de socle au collectif. Il s’agit d’une étape fondamentale car le partage de valeurs dans une équipe amène la confiance ; si une équipe se fait confiance, les individus qui la composent résisteront aux vagues et tiendront ensemble. »

3 – L’importance de se faire challenger pour voir plus grand

Lorsque la croissance est en cours, il faut réussir à la maintenir mais aussi chercher de nouveaux leviers de croissance en ne perdant pas de vue les besoins des clients. Thierry Géant souhaite préciser : « La réussite passe par la capacité à rebondir. On peut se planter mais il faut échouer vite pour rebondir vite. Il faut débriefer (même quand tout va bien !) car c’est ce qui fait progresser.

Pour se faire challenger et ne pas rester seul rien de tel que l’accompagnement mis en place au sein du programme Ambition qui créé les conditions d’un dialogue bienveillant entre l’entrepreneur qui se développe et les chefs d’entreprise ayant connu la croissance qui seront à ses côtés pour l’aider à la prise de décision. Cela préfigure les questions de gouvernance auxquelles les entrepreneurs de croissance sont confrontés. Pierre-Yves Gomez, professeur de stratégie et directeur de l’Institut Français de Gouvernement des Entreprises : « La gouvernance, ce n’est rien d’autres que les instances qui permettent au dirigeant d’acquérir plus de confiance. »

Pour en savoir plus sur la croissance, téléchargez le livre blanc « Dirigeant de croissance » by Réseau Entreprendre en cliquant ici.

Charline Goutal, créatrice de Ma P’tite Culotte revient sur ses premiers pas d’entrepreneure et le rôle essentiel de Réseau Entreprendre et de son accompagnement.

« J’avais besoin de prendre du recul ; Philippe Delalande, mon accompagnateur Réseau Entreprendre m’a apporté un point de vue extérieur très précieux pour me permettre de mieux appréhender mon business. Se confier à quelqu’un sans limite c’est très rare. Philippe comprenait sans jamais juger. Il m’a aidée à trouver des réponses à mes questions. »

Habitué du commerce, Philippe Delalande, son accompagnateur, membre de Réseau Entreprendre Paris, revient sur sa rencontre avec Charline : « le business de Charline était très innovant et je savais qu’il ne serait pas simple de convaincre les clients. Ce que j’ai pu lui apporter, c’est une prise de recul et des et des réflexes financiers. » Après deux ans d’accompagnement, Philippe Delalande rappelle « qu’il a appris beaucoup, en même temps qu’il a donné ».