Réseau Entreprendre
Espace André Mulliez
Roubaix 59100 France
Réseau Entreprendre
50.676037, 3.169522499999971
Retour aux témoignages
Entrepreneurs engagés
Gérard Desbois, PDG du Groupe Hillebrand

Gérard Desbois

PDG du Groupe JF Hillebrand
Président de Réseau Entreprendre Bourgogne

Je suis militant de la création d'emplois

 

Vous êtes à la tête d'une multinationale et consacrez bénévolement, dans votre région natale la Bourgogne, des centaines d'heures chaque année à Réseau Entreprendre.

 

Comment trouvez-vous le temps d'être en plus, depuis 2012, Président de Réseau Entreprendre Bourgogne ?

Gérard Desbois : Il faut densifier le tissu économique de la France qui en a tant besoin ! En 2002, quand s'est créée l'association Réseau Entreprendre Bourgogne, j'ai considéré que ce que je pouvais faire de mieux pour mon pays, c'était d'aider à la création d'entreprise.

 

Quel temps bénévole consacrez-vous à l'association ?

Environ une journée par semaine. Le bénévolat à la mode Réseau Entreprendre est quelque chose d'incroyable : pour avoir le droit de donner du temps, nous devons aussi donner de l'argent comme adhérent. Cette approche militante me rejoint pleinement : pour moi, les chefs d'entreprise sont les plus à même d'aider de nouveaux entrepreneurs pour la création d'emplois ! Il y a de la joie à vivre cet engagement.

 

Vous aidez à la création d'emplois en Saône-et-Loire, Côte-d'Or, Nièvre et Yonne. Que représente pour vous cette dimension régionale, locale ?

Sans être chauvin, c'est normal d'aider ceux de notre territoire comme on s'occupe de sa famille, de ses parents. Être au plus près du terrain permet une plus grande réactivité. Je pense par exemple à ce jeune lauréat qui, voici dix-huit mois, a vu son entreprise brûler après seulement six mois d'activité. Le directeur de l'association s'est beaucoup démené, la solidarité a joué et, en six semaines, le créateur a retrouvé un local.

 

Qu'est-ce qui vous meut spécialement dans votre engagement à Réseau Entreprendre ?

L'Homme. Je m'interroge toujours d'abord sur le profil du potentiel créateur plutôt que sur le projet. Le projet peut être bon, mais si la personne n'a pas les qualités requises, ça ne marchera pas. Est-il ouvert, courageux, capable de décisions, apte à prendre des coups, à travailler en équipe, à faire confiance ? D'une manière générale, durant toute ma vie professionnelle – j'ai 63 ans, j'ai cherché à prendre en compte cette dimension humaine. Pour moi, un salarié est certes un collaborateur mais aussi un chef de famille, le fils ou le frère de quelqu'un. Si le salarié a un souci familial, il faut intégrer cette difficulté du moment. C'est cette empathie, cette générosité qui motive le personnel et le fidélise.