Nos jeunes diplômés vivent dans l’angoisse. Ils font partie des victimes collatérales de la crise sanitaire que nous connaissons. Alors que beaucoup sont appelés à une brillante carrière, voilà que les certitudes sur lesquelles ils ont misées se dérobent sous leurs pieds.

Les entreprises ajournent leur recrutement, les chefs d’entreprise se montrent attentistes face à la tournure des évènements. Nos jeunes forces vitales trépignent d’inquiétude et maudissent une situation qui les rejette dans une oisiveté forcée contraire à leurs valeurs, à leurs ambitions et à leurs projets. A leurs yeux, le diplôme n’a plus de valeur.
Pourtant notre monde nous montre qu’il y a tant à faire : économie de proximité, cycles courts, nouvelles technologies, réindustrialisation, nouveaux métiers, nouvelles règlementations. Nous sommes tous en train de nous réinventer.

Ce que nous montre ce monde qui change, ce n’est pas que le diplôme n’a plus de valeur ; c’est que la valeur du diplôme dépendra de la capacité des jeunes talents à prendre l’initiative. Ce monde qui change va stimuler et favoriser leur capacité d’initiative. Car ce que nous vivons exige de nous tous que nous nous réinventions.

Ce challenge concerne aussi certainement les jeunes. Ils nous ont déjà montré la voie avec toutes les initiatives dans les domaines environnementaux et sociétaux dans lesquelles ils s’engagent. Il faut les encourager à poursuivre et à donner du corps à leurs idées. Certaines de nos associations pilotent déjà avec Les Entrep’ des actions significatives pour créer des vocations parmi nos jeunes talents qui veulent s’engager dans des causes justes et généreuses.
Il faut leur en donner les moyens.
Il faut que tous ensemble nous créions les conditions pour donner libre cours à leurs initiatives et que nous les accompagnions dans la mise en pratique de leurs idées.
Les idées de 2020 seront les pépites de 2025 et les étoiles de 2030 dans une économie internationale dont les cartes auront été rebattues. Poursuivons ensemble cette sensibilisation aux vertus de l’entrepreneuriat.

 

Olivier Lamarque,
Directeur Général de Réseau Entreprendre