Dans le contexte actuel, il est nécessaire d’étendre les mesures de soutien aux sociétés les plus jeunes, qui seront certainement les licornes de demain.

Né de la maxime visionnaire d’André Mulliez « Pour créer des emplois, créons des employeurs », Réseau Entreprendre contribue depuis 1986 à l’économie française et à l’émergence de PME et ETI en France et à l’international, en accompagnant des entrepreneurs à potentiel de création d’emplois pour les aider à réussir leur création, reprise ou croissance d’entreprise.

Chaque année en France, ce sont 1000 entreprises nouvelles qui sont accompagnées dans tous les secteurs d’activité, l’industrie et des services grâce à un maillage territorial de 64 associations implantées partout en France. Ces entreprises génèrent à un an, 7000 emplois et 14 000 à trois ans.

Des consultations menées par Réseau Entreprendre ressort un grand climat d’inquiétude et d’incertitude en raison de l’absence de visibilité sur la sortie de crise. L’immense majorité des entrepreneurs du réseau s’inquiètent pour l’avenir.

Les entrepreneurs soutenus par Réseau Entreprendre bénéficient de sa part d’un prêt sans intérêt. 30% d’entre eux ont demandé un report de leurs mensualités. 15% craignent de ne pas surmonter la crise. Essentiellement en raison d’une trésorerie déjà en tension qui risque de les mettre en défaut de paiement.

Ces entreprises recourent aux mesures de l’Etat. Les trois mesures les plus sollicitées sont le chômage partiel, le report des échéances des prêts bancaires et les prêts garantis par l’Etat. Viennent ensuite les reports de charges.

Dans cette période de grande incertitude, il est notable également que les entreprises sont en demande de conseils et d’échanges pour faire face à une situation inédite, où leur première priorité a été de protéger leurs salariés. Réseau Entreprendre œuvre au quotidien pour leur permettre d’échanger entre elles sur des problématiques de travail à distance, d’animation d’équipes ou de gestion du risque de trésorerie.

Réseau Entreprendre demande à ce que les mesures de soutien aux entreprises soient étendues aux plus jeunes sociétés et aux plus fragiles qui se voient trop souvent refuser leurs prêts. Il faut faire confiance durant cette crise à l’énergie créatrice des nouveaux entrepreneurs. Et surtout ne pas se priver des entreprises à potentiel dont certaines sont les licornes de demain.