Partie 1 – Lire ses comptes annuels : les questions à se poser

Olga Romulus Expert-Comptable, Direction des relations extérieures de Fiducial, vous apporte ses conseils sur l’arrêté des comptes annuels.

 

L’arrêté des comptes annuels avec votre expert-comptable est une excellente occasion d’engager une réflexion sur la santé de votre entreprise et son avenir.

Afin de vous donner quelques clés sur les bonnes questions à se poser, nous vous proposons une série d’articles dédiés à ce sujet en commençant par la lecture du bilan.

 

A quoi sert le bilan ?

Véritable “photographie” de l’entreprise, le bilan présente à une date donnée l’état du patrimoine de l’entreprise qui se procure des ressources qu’elle emploie pour financer les biens nécessaires à son activité.

 

Que trouve-t-on à l’actif ?

  • Les biens acquis pour servir de façon durable (constructions, agencements, outillages, matériels, fonds de commerce, pas de porte …). A noter que les biens utilisés en crédit bail ne figurent pas dans ce poste car ils sont en quelque sorte loués et l’entreprise n’en est pas propriétaire
  • les emplois liés au cycle d’exploitation de l’entreprise, tels que les stocks, les créances, la trésorerie.

 

 Que trouve-t-on au passif ?

  • Les Capitaux Propres qui correspondent aux fonds que l’entrepreneur (ou les associés) laisse à disposition de l’entreprise, c’est-à-dire, notamment, le capital de la société augmenté des résultats non prélevés par le ou les associés
  • Les Dettes Financières que sont les sommes dues aux organismes de crédit qui participent au financement des biens de l’entreprise, mais également les comptes courants d’associés.
  • Les Dettes d’Exploitation, à savoir celles vis-à-vis des fournisseurs, mais également vis-à-vis de l’État, du personnel et des organismes sociaux.

 

Sur quels critères voit-on si le bilan est bon ?

L’entreprise doit s’assurer en permanence que l’ensemble des ressources dont elle dispose soit employé le mieux possible en respectant les équations suivantes :

  • un bien dont la possession est durable et sécurisée (ex : immobilisations) soit financé par des ressources stables (ex : emprunts)
  • un bien lié au cycle d’exploitation (ex : stock) soit financé par des ressources nées de ce même cycle d’exploitation (ex : crédit fournisseur)

 

Dans la pratique, on trouve très rarement ce parfait équilibre et on observe donc les situations suivantes :

 

Les ressources stables excèdent les biens stables

L’outil de travail est correctement financé. La situation est saine et confortable.

 

 Les ressources stables sont inférieures aux biens stables à financer

Le financement de l’outil de travail n’a pas été correctement appréhendé en montant ou en durée ce qui laisse planer une fragilité sur l’entreprise.

 

Les ressources nées de l’exploitation sont supérieures aux emplois

Cet excédent de financement d’exploitation est fréquent dans les activités où les ventes font l’objet d’un encaissement immédiat alors que les coûts sont payés avec un décalage de plusieurs semaines

 

Les emplois liés au cycle d’exploitation excèdent les ressources

Ce besoin de financement, appelé besoin en fonds de roulement, peut venir, par exemple, d’un stock anormalement élevé par rapport au dû fournisseur, ce qui implique la nécessité de renégocier les conditions de règlement

 

 

Le conseil de l’expert : 

En complément du bilan, un tableau de financement mettant en évidence ces agrégats financiers peut être établi par votre expert-comptable afin de faciliter votre analyse

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

A lire aussi