Interview de Houria Chaiblaine, Directrice des Marchés Entreprises, Associations et Collectivités locales de Société Générale

Houria Chaiblaine, Directrice des Marchés Entreprises, Associations et Collectivités locales de Société Générale, partenaire de Réseau Entreprendre, nous parle de l’accompagnement des entreprises dans la relance économique.

Quel constat faites-vous sur la crise économique et notamment le Prêt Garanti par l’Etat ?

Le contexte de crise est marqué par de nombreuses incertitudes économiques et financières pour les entreprises. Plusieurs secteurs sont impactés et continueront de l’être dans les prochains mois. Le PGE s’est avéré être une solution adaptée pour couvrir les besoins de trésorerie nés de la crise COVID 19. A fin septembre 2020, Société Générale avait reçu près de 91 800 demandes pour près de 20 milliards d’euros versés. Les entreprises vont devoir maintenant définir les modalités de remboursement en fonction de leur situation. Rappelons que le PGE est un crédit d’une durée d’un an qui peut être remboursé à l’échéance ou sur une durée supplémentaire allant jusqu’à 5 ans. Bien entendu, nous serons mobilisés aux côtés de nos clients pour les accompagner sur ce sujet.

Parallèlement, nous travaillons avec les pouvoirs publics pour proposer début 2021 un prêt participatif ayant pour objectifs de renforcer les fonds propres des entreprises et de soutenir leur développement.

Comment accompagnez-vous les entreprises dans le contexte ?

Toutes les entreprises ne sont pas impactées de la même manière par la crise sanitaire. Pour les besoins de financement à court terme, nous pensons que l’affacturage peut être une excellente solution pour couvrir les besoins de trésorerie de certaines entreprises avec la reprise de l’activité. Nos Chargés d’affaires Entreprises sont à pied d’œuvre pour aider nos clients sur ce sujet. Par ailleurs, nous avons la conviction que la crise est propice à la réflexion stratégique pour le chef d’entreprise. Notre dispositif Société Générale Entrepreneurs prend à ce titre tout son sens pour l’accompagner. Nous proposons une approche alliant conseil stratégique haut de bilan et solutions globales intégrées : conseil en M&A, capital investissement, stratégie immobilière d’entreprise, solutions de financement et d’investissements, couverture de taux de change et gestion patrimoniale du dirigeant. Nous répondons aux problématiques de croissance et de transmission de l’entreprise dans un esprit collaboratif aux côtés du dirigeant.

La fraude informatique est devenue un enjeu majeur pour les entreprises. Que conseillez-vous à ce titre ?

La crise a favorisé le recours au digital pour assurer à la fois une continuité d’activité et répondre à une demande croissante. Nous accompagnons les entreprises avec des solutions innovantes et efficaces assurant des conditions de sécurité transactionnelles optimales. Les plateformes de financement et de sécurisation du commerce international we.trade mais aussi MyFX pour les opérations de change jouent déjà un rôle dans la relance des activités d’import-export de nos clients. Beaucoup d’entreprises cherchent par ailleurs à développer leur activité sur le net, nous accompagnons nos clients sur ce sujet avec des solutions e-commerce qui assurent la sécurité des paiements à distance. Enfin, à ces solutions s’ajoutent nos actions de lutte contre la fraude avec notre filiale Oppens qui vient en aide aux TPE et PME avec ses solutions pour optimiser leur sécurité informatique.

Quel soutien apportez-vous aux entreprises de notre réseau ?

Société Générale est engagée auprès de Réseau Entreprendre depuis 2013. Nous continuons plus que jamais dans ce contexte de crise inédite d’être aux côtés des créateurs d’entreprise. Nous souhaitons jouer notre rôle de banquier responsable, acteur de la relance économique en France. Les entrepreneurs membres et lauréats de Réseau Entreprendre peuvent s’appuyer sur nos équipes en régions pour les accompagner dans leurs réflexions et leurs projets de développement.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

A lire aussi