Interview de Philippe Cornu, Directeur du Marché des Professionnels et des Offres de Crédit du Crédit Agricole

Le Crédit Agricole s’est fortement mobilisé dans cette crise du COVID : quelles sont les évolutions constatées dans les besoins des entreprises et leurs nouvelles attentes ?

Oui effectivement, le Crédit Agricole, 1er financeur de l’économie française, est bien entendu plus engagé que jamais dans le soutien de ses clients. Notre organisation et notre solidité financière nous permettent de jouer pleinement notre rôle. Nous mettons tout en œuvre pour proposer à nos clients, au cas par cas, des solutions personnalisées pour soulager leur trésorerie (le groupe Crédit Agricole (Caisses régionales et LCL) a reçu 28,5% des demandes de Prêts Garantis par l’Etat (chiffre au 12 juin), pour reporter jusqu’à 6 mois leurs remboursements de crédits bancaires et crédit-baux mobiliers et immobiliers (au global, nous avons mis en pause 546 000 crédits pour 4,2Mds d’échéances reportées), pour mettre en place des solutions et matériels d’encaissement alternatifs pour les activités de vente à distance… Nous avons également lancé un dispositif mutualiste de 210 millions d’euros en soutien à nos assurés faisant face à des pertes d’exploitation.

Cette crise sanitaire a des conséquences importantes sur notre économie notamment sur des secteurs plus impactés par la crise (tourisme, hôtellerie, restauration, transports, évènementiel…). Au-delà des mesures immédiates et inédites mises en œuvre, il est indispensable de réfléchir à des solutions sur le long terme pour accompagner la reprise de notre économie.

De grandes tendances transversales semblent impacter durablement tous les secteurs d’activités comme l’accélération de la digitalisation, la relocalisation de certaines activités ou encore la flexibilité avec l’adaptation des modes de travail (télétravail), de consommation (e-commerce) et de déplacement (réévaluation de la nécessité des déplacements).

Quels conseils donneriez-vous à un entrepreneur qui souhaite se lancer ?

Avant toute chose, il est nécessaire de se faire accompagner. En effet, on estime aujourd’hui à seulement 20% la part des créateurs se faisant accompagner dans leur projet de création d’entreprise. C’est pourtant une clef de succès et de pérennité de l’entreprise. On estime le taux de pérennité à 3 ans de 75% pour les entreprises étant accompagnées, là où il est autour de 50% sans accompagnement.

Toutes les entreprises n’ont pas besoin d’un financement en démarrage d’activité mais, si c’est le cas, les banques restent le choix privilégié pour obtenir un financement. Dans le cadre d’un crédit classique, la banque ne prendra pas seule la totalité du risque. Les structures d’accompagnement avec lesquelles nous travaillons – dont Réseau Entreprendre – proposent des prêts d’honneur. Ils s’apparentent à un apport personnel et qui rassurent le banquier sur le plan financier comme sur la solidité et la pérennité du projet.

Ces réseaux sont un réel soutien pour l’entrepreneur et lui permettent d’avoir un suivi dans la durée.

Au niveau régional, c’est un vrai écosystème entrepreneurial qui s’est créé. Nos Caisses régionales sont fortement impliquées avec les réseaux d’accompagnement. L’objectif est de renforcer les synergies en local pour favoriser l’écosystème entrepreneurial et donner le sentiment à nos clients d’être accompagnés et soutenus dans toutes les phases de la création et au-delà. Beaucoup de nos conseillers orientent leurs clients professionnels vers ces réseaux d’accompagnement afin de leur permettre de consolider leur projet et ainsi de trouver plus facilement un financement. L’accompagnement par ces réseaux est un gage de qualité pour nous.

Quelles priorités le Crédit Agricole s’est-il donné pour les mois à venir ?

D’après les premières études que nous avons pu conduire, nos clients professionnels attendent de nous que nous restions un partenaire agile et attentif, qui les aide à anticiper leurs difficultés de trésorerie dans les prochains mois et à trouver des solutions.

Cette crise a montré l’utilité des banques à la société, car contrairement aux crises précédentes, nous faisons partie de la solution pour relancer l’économie. Dans les mois à venir, nous renforcerons encore notre soutien à nos clients vulnérabilisés par la crise à travers un accompagnement individualisé et adapté à la relance de leur activité.

Comment envisagez-vous la collaboration entre le Crédit Agricole et Réseau Entreprendre ?

Dans ce contexte de crise sanitaire, le Crédit Agricole, partenaire historique de Réseau Entreprendre souhaite renforcer son engagement auprès des créateurs et des repreneurs accompagnés par cette structure. Tout comme Réseau Entreprendre, nous engageons des travaux pour accompagner individuellement nos clients en difficulté dans la relance de leur activité.

Nous développerons les synergies nécessaires au sein de nos deux réseaux pour identifier et faire bénéficier d’un accompagnement renforcé les créateurs et les repreneurs en difficulté. Nous continuerons à soutenir la création d’entreprise dans nos territoires, gage d’une économie dynamique et de création d’emplois.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

A lire aussi