Les questions à se poser pour préparer sa levée de fonds

Parole d’expert – Eric Baroin, Avocat associé, chez Fiducial Légal by Lamy, revient sur les différentes questions qu’il faut se poser pour préparer au mieux une levée de fonds.

 

1. Pourquoi lever des fonds ? 

Avant d’initier une levée de fonds, il est impératif de prendre en considération l’ensemble des autres sources de financements possibles :

  • réduction des coûts ou cession partielle d’actifs permettant à l’entreprise de s’autofinancer ;
  • versement de fonds par le « love money » (environnement amical et familial) ;
  • mobilisation de sources de financements publics (Bpifrance..) et bancaires.


2. Quand lever des fonds ? 

S’agissant de l’entreprise envisageant de lever des fonds, il conviendra de s’assurer qu’elle justifie un projet de croissance et qu’elle dispose de la trésorerie nécessaire afin de faire face à ses besoins pendant la durée de l’opération.

Parallèlement, il sera procédé à l’appréciation du caractère plus ou moins favorable de l’environnement économique existant au moment de l’enclenchement de l’opération.

 

3. Une levée pour quel montant ? 

L’exercice va constituer à lever suffisamment de fonds afin de favoriser le financement des besoins identifiés tout en sollicitant la somme la moins importante possible afin de réduire l’effet dilutif pour les fondateurs.

 

4. Quels sont les documents à préparer pour une société envisageant de lever des fonds ? 

Il est  fait référence au  « pack investisseur ». Celui-ci comprend principalement :

  • un business plan illustrant le plan de développement de la société ;
  • un executive summary synthétisant les éléments économiques et financiers clés de la société ;
  • un pitch (présentation de slides) en vue de la présentation « physique » auprès des investisseurs.


5. Comment identifier les investisseurs ? 

Il est impératif de ne pas procéder à une approche tous azimuts des investisseurs.

Il existe en effet de nombreux investisseurs qui se distinguent principalement par leur secteur privilégié d’investissement, le stade de développement des cibles éligibles etc…

Par ailleurs, il convient de valider la capacité de l’investisseur de mettre à disposition de la société un réseau et  des expertises métiers essentiels au développement de la société.


6. Les fondateurs sont-ils prêts à lever des fonds ? 

Les fondateurs doivent avoir conscience des conséquences qui résulteront de l’intégration au capital de leur société d’un investisseur et apprécier leur capacité à :

  • partager le pouvoir avec un investisseur qui s’impliquera dans la gouvernance de la société ;
  • privilégier une création rapide de valeur au regard de l’objectif de réaliser une plus-value dans un délai rapide ;
  • intégrer des contraintes en matière de liquidité de l’actionnariat.

 

7. Quels sont les acteurs d’une opération de levée de fonds ? 

La société devra  être assistée :

  • d’un avocat dans le cadre de la négociation de la structuration de l’opération et de la rédaction de l’ensemble de la documentation juridique corrélative ;
  • d’un expert-comptable dans le cadre de l’élaboration du business plan et des discussions de valorisation de la société ;
  • éventuellement selon le montant de la levée de fonds d’un intermédiaire financier en vue de l’identification des investisseurs.


8. Quels éléments juridiques à négocier ? 

La négociation portera sur :

  • les engagements de confidentialité ;
  • les lettres d’intention ;
  • le procès-verbal d’assemblée générale extraordinaire de la société décidant une augmentation de capital et l’émission de valeurs mobilières composées ;
  • la convention de garantie d’actif et de passif ;
  • le pacte d’actionnaires.

 

Par expérience, le traitement de ces questions préalables augmente de manière significative les chances de succès de telles opérations qui s’inscrivent dans des process très organisés impliquant une préparation à la hauteur des objectifs affichés.

 

Pour en savoir plus : contact.marketing@fiducial.fr

 

 

A lire aussi