#2 – Les grandes étapes de votre projet de reprise

Pour le deuxième article de notre série « Mes premiers pas d’entrepreneurs » nous abordons la reprise d’entreprise. Nombre d’entre vous souhaite se mettre le pied à l’étrier de l’entrepreneuriat par ce biais. Olga Romulus, expert-comptable, vous apporte son éclairage sur les grandes étapes préalables.

Aujourd’hui, en France, des dizaines de milliers de transmissions d’entreprises se réalisent chaque année, dont la majorité concerne des établissements de moins de 10 salariés.

Les repreneurs qui optent pour ce choix de vie peuvent le faire pour des raisons personnelles ou professionnelles mais, dans tous les cas, cette décision nécessite une bonne préparation en amont.

Voici 5 grandes étapes à suivre pour mener à bien votre projet de reprise d’entreprise.

Reseau Entreprendre Fiducial
Olga Romulus, expert-comptable.
©Tim Douet
1. Préparez votre projet de reprise d’entreprise

Cette phase de préparation et de réflexion vous permet de définir votre projet en faisant le bilan de votre expérience, votre formation, vos atouts, vos contraintes et votre capacité d’investissement.

Les principales questions à se poser sont :

  • Quels sont mes objectifs ?
  • Quel secteur d’activité ?
  • Quelle taille d’entreprise ?
  • Quelle équipe à mes côtés ?
  • Quelle localisation ?

Il est important de savoir dès le début de votre projet si vous souhaitez vous lancer seul ou à plusieurs ; et dans ce cas, les attentes, les capacités et les rôles futurs de chacun doivent être clairs et connus dès le départ.

Attention à bien prioriser ses objectifs ! L’’entreprise idéale n’existe pas et il faut donc savoir quels sont les points les plus importants pour vous. Sinon, vous allez perdre votre temps et votre projet de reprise d’entreprise ne pourra jamais aboutir.

2. Identifiez une ou plusieurs cibles

Pour trouver le projet qui vous donnera envie de vous lancer, il est possible de s’adresser à des acteurs de la vie économique en mesure de connaître les opportunités comme les experts-comptables, les avocats, les notaires, les agents immobiliers, les CCI, les Chambres de métiers et de l’artisanat, les banques ou bien encore les organisations professionnelles.

Il existe également des revues ou des sites spécialisés dans les annonces d’entreprises à reprendre. Sur internet vous pourrez trouver des sites qui vous proposeront de vous aider dans vos recherches en fonction de vos propres critères : région, secteur d’activité, effectif, …

La phase d’identification terminée, il s’agit désormais de prendre contact avec le dirigeant de l’entreprise ciblée afin de le rencontrer et d’avoir ainsi une connaissance plus précise de son entreprise, notamment en termes de fonctionnement, d’organisation, de salariés et de finances.

3. Diagnostiquez l’entreprise ciblée

La première rencontre entre acheteur et vendeur doit permettre de se présenter mutuellement et surtout de présenter votre projet afin d’établir un lien de confiance avec le cédant.

En effet, au-delà des chiffres, la reprise d’une entreprise est aussi une affaire de transmission entre deux entrepreneurs. Il faut que votre projet soit convaincant pour le cédant, et que vous cerniez les motivations du vendeur afin de de comprendre ce qu’il veut réellement céder et quel est le niveau d’urgence de la vente S’il exerce en société, abordez le sujet des modalités de cession : vente de titres ou vente de fonds de commerce ?

Questionnez-le également sur le fonctionnement de son entreprise dans tous ses aspects : l’activité, le personnel, l’outil de production, l’environnement juridique (engagements, contrats…) et sa situation économique et financière.

Si la première rencontre n’est pas l’occasion idéale pour parler d’argent, car il s’agit avant tout de vous écouter mutuellement, vous pouvez cependant à l’issue de l’entretien demandez à ce que vous soient communiqués les documents et informations qui vous permettront d’effectuer une analyse plus poussée de l’entreprise cible, notamment :

  • les comptes annuels des 3 derniers exercices,
  • les statuts,
  • les baux et les contrats en cours,
  • la liste détaillée du personnel (avec au moins, pour chaque salarié, sa fonction, sa rémunération brute, son ancienneté, ses avantages particuliers).

N’hésitez pas à faire appel à un expert-comptable et à un avocat pour vous aider dans cette démarche d’analyse financière et sociale de l’entreprise ciblée. Leurs regards critiques et leurs connaissances de l’entreprise vous permettront de vous assurer de regarder tous les éléments importants, d’avoir une évaluation juste et d’identifier les risques potentiels.

4. Définissez les modalités opérationnelles et financières de la reprise

Indépendamment du prix que vous propose le vendeur, il faut estimer la valeur de l’entreprise et le prix que vous êtes prêts à payer :

Votre expert-comptable est le professionnel idéal pour réaliser cette estimation de la valeur de l’entreprise basée sur des données économiques et financières ainsi que sur l’analyse de ses points forts et de ses points faibles

Pour préciser votre projet de reprise d’entreprise, la rédaction d’un business plan permet d’évaluer les ressources futures de l’entreprise en estimant le potentiel niveau d’activité et les résultats qui pourront en découler ; et le plan de financement permet de définir comment l’acquisition se finance.

Une fois ces éléments rédigés, il sera plus facile de faire appel à des banques pour qu’elles soutiennent votre projet et vous accordent les financements sollicités.

Par la suite, la négociation portera non seulement sur le prix de l’entreprise, mais également sur la mise en place de clauses telles que des clauses de garantie de passif, des clauses de non concurrence…

Ces sujets étant délicats avec des impacts financiers importants, n’hésitez pas à faire appel à un expert-comptable et à un avocat pour vous accompagner dans cette phase et vous aider à conclure la reprise dans les meilleures conditions.

5. Devenez dirigeant

Pour que la transition se déroule au mieux et au-delà des indicateurs économiques, il est important qu’en tant que dirigeant vous puissiez opérer une transition en douceur, notamment vis-à-vis des salariés.

Rassurer les employés pour avoir une équipe soudée constituera la richesse de votre entreprise de demain. Alors ne négligez surtout pas cette dernière phase ! Une des clés de la réussite est de comprendre les règles de fonctionnement existantes pour pouvoir envisager de les optimiser s’il y a lieu et mobiliser les collaborateurs autour de votre projet.

Prenez le temps d’expliquer votre vision à votre nouvelle équipe afin que chacun trouve sa place dans la nouvelle organisation, et organiser toutes les réunions nécessaires dans les premières semaines de votre arrivée pour instaurer un climat de confiance.

Les fournisseurs et les clients doivent aussi être rassurés et ressentir votre motivation et votre capacité à reprendre les rênes pour envisager l’avenir de façon dynamique et sereine.

Enfin, donnez-vous les moyens de vous conforter vous-même en mettant en place une organisation administrative et comptable adaptée et des indicateurs de pilotage pertinents avec à l’aide de votre expert-comptable notamment.