Altergaïa, ensemble nous sommes plus forts

Demain débute le mois de l’économie sociale et solidaire (ESS). Chez Réseau Entreprendre® nous accompagnons des structures issues de ce domaine et souhaitons continuer en ce sens, pour répondre aux enjeux d’un monde qui change. À travers des témoignages de lauréats, nous vous proposons cette semaine de découvrir certains statuts d’entreprises de l’ESS.
Nous commençons par celui d’association, illustré à travers Lucas Rigoland, co-fondateur d’Altergaïa, service de collecte et valorisation des biodéchets à La Rochelle, accompagné par Réseau Entreprendre® Poitou-Charentes.

Altergaia Reseau Entreprendre

Lucas, quelles sont les missions de l’association Altergaïa ?
Il y en a deux. D’une part, nous collectons et valorisons les déchets issus de tous les secteurs proposant de la restauration (CHR, traiteur, évènementiel, camping…). Nous collectons en mobilité douce, compostons et nettoyons les contenants, puis redistribuons le compost à des projets de maraîchage bio en zone périurbaine, pour contribuer à la résilience alimentaire du territoire. D’autre part, nous accompagnons la mise en place de solutions de compostage sur site en réalisant des audits, en mettant en place des méthodes et du matériel et en formant les équipes.

Comment est née l’aventure ?
Au départ nous sommes plusieurs porteurs de projet différents dans le domaine de la collecte et de la valorisation des déchets. Nous nous sommes rencontrés dans un incubateur où l’on nous a suggéré de coopérer en mutualisant nos projets, dans le but d’être un acteur plus grand et de pouvoir répondre à des partenaires locaux de plus grandes tailles.

Pourquoi être acteur dans le domaine de l’Economie sociale et solidaire (ESS) ?
Cet univers est tourné vers le local et les circuits courts, nous voulions contribuer à des projets comme ça, qui correspondent à nos valeurs et à ce que nous défendons. Nous récupérons auprès des commerces, nous revalorisons par l’agriculture locale, qui à son tour produit pour les commerces locaux. Ceci dans un cercle de 15km autour de La Rochelle. Nous travaillons aussi avec un projet de maraîchage, dont 50% de la production sont destinés aux foyers modestes.

Vu l’ampleur de Réseau Entreprendre® qui bénéficie d’une très bonne réputation, de la multitude des projets accompagnés, nous étions certains d’y trouver les conseils et l’expertise dont nous avions besoin

Et vous avez fait le choix de créer une association. Pourquoi ?
Nous avions envie d’être sur un pied d’égalité dans la structure que nous créions. Donc on a fait le choix de monter une association. Les décisions sont prises de façon collégiale et cela avait plus de poids à l’échelle locale car nous étions plus facilement indentifiables par les clients et les institutions locales. Le but étant ensuite de nous développer sous forme de SCOP.

Altergaïa, association ESS, Reseau Entreprendre
De gauche à droite, les 3 co-fondateurs d’Altergaïa, Lucas Rigoland, Laura Nicolleau et Frédéric Lanoy

Comment êtes-vous venus chez Réseau Entreprendre® Poitou-Charentes
Un ami de Frédéric et Laura, les autres fondateurs, leur avait conseillé de venir les voir. Il est lauréat et nous a expliqué tout ce que cela lui avait apporté en terme de gestion d’entreprise, management, financement, grâce à l’accompagnement. Vu l’ampleur de Réseau Entreprendre® qui bénéficie d’une très bonne réputation, de la multitude des projets accompagnés, nous étions certains d’y trouver les conseils et l’expertise dont nous avions besoin, car aucun de nous n’avait crée et géré d’entreprises avant.

Ce n’est pas tous les jours que nous accompagnons des associations. Quel a été l’accueil réservé à votre projet ?
Le modèle économique était novateur chez Réseau Entreprendre® Poitou-Charentes quand nous sommes arrivés. Ils ont été clairs dès le départ en nous disant que c’était une première chez eux mais qu’ils avaient la volonté très forte de travailler avec nous et de nous accompagner. Ils voulaient avoir de plus en plus de projets issus de l’ESS. Nous avons éveillé la curiosité car nous sommes les seuls avec un statut d’association. Il y a eu des questionnements sur notre modèle économique et financier et sur notre secteur d’activité. Ils nous ont aussi interrogés sur le statut de gérant, la répartition des résultats, les prises de décisions collégiales. Le plus « bloquant » était le fait que nous n’ayons pas d’associé majoritaire. Du coup, ils nous ont proposé d’être tous les trois accompagnés. Mais au fond, nous  restons une entreprise qui a vocation à se développer et faire du résultat.