Partie 2 – Lire ses comptes annuels : les questions à se poser

Olga Romulus, Expert-Comptable à la Direction des relations extérieures de Fiducial, vous apporte ses conseils sur l’arrêté des comptes annuels.

 

L’arrêté des comptes annuels avec votre expert-comptable est une excellente occasion d’engager une réflexion sur la santé de votre entreprise et son avenir.

Afin de vous donner quelques clés sur les bonnes questions à se poser, nous vous proposons une série d’articles dédiés à ce sujet. Lors de notre post du 19 février, nous avons abordé la lecture du bilan. Dans cette deuxième partie, nous allons évoquer la présentation des performances de l’entreprise au travers de son compte de résultat.

 

A quoi sert le compte de résultat ?

Alors que le bilan est la photographie de l’entreprise à un moment précis, le compte de résultat représente le film de l’activité pendant l’exercice, c’est-à-dire entre deux photographies annuelles.

 

Sous quelle forme peut-on lire le résultat ?

La formation du résultat est souvent présentée en la décomposant en soldes intermédiaires de gestion.

  • Marge commerciale (a)
  • Production de l’exercice (b)
  • Valeur ajoutée (c)
  • Excédent brut d’exploitation (d)
  • Résultat d’exploitation (e)
  • Résultat net (f)

Selon les secteurs d’activité, des particularités peuvent être identifiées par rapport à cette présentation générique.

 

Que signifie chaque indicateur ?

 

(a) Marge commerciale

Elle correspond à la différence entre le prix de vente des marchandises vendues et leur coût d’achat en incluant le cas échéant les frais d’approche (transport, emballages, …).

(b) Production de l’exercice

Elle correspond au chiffre d’affaires des prestations de services vendues. La marge sur heures vendues n’apparaît pas à ce stade. Il faudra l’établir manuellement en déduisant la masse salariale productive.

(c) Valeur ajoutée

Elle est obtenue en déduisant de l’ensemble des deux composantes précédentes, tous les biens et prestations facturés par des acteurs externes à l’entreprise (loyers, assurances, honoraires, entretien, publicité, …). A noter que le petit matériel qui ne fait pas l’objet d’une immobilisation en fonction de sa faible valeur individuelle ou de son obsolescence rapide figure en charges d’entretien.

(d) Excédent brut d’exploitation

Il est calculé en déduisant de la valeur ajoutée la rémunération des acteurs internes (salariés, dirigeant charges sociales). Il s’agit de la véritable richesse créée par l’entreprise. Cet indicateur est utilisé en particulier par les banquiers pour déterminer la capacité de remboursement d’une entreprise, mais également par les évaluateurs pour déterminer un prix de vente de fonds de commerce.

(e) Résultat d’exploitation

Il est déterminé après l’impact de tous les autres produits et charges d’exploitation, notamment les redevances d’enseigne, les amortissements et les provisions.

(f) Résultat net

Il est calculé après l’impact des produits et charges financières (intérêts d’emprunt, pertes ou gains de change, …), le résultat exceptionnel en lien avec des produits ou charges extraordinaires (abandon de compte courant, pénalités, produit de cession d’actifs et l’impôt sur les sociétés).

 

 

Le conseil de l’expert

Pour vous aider à situer vos performances par rapport à la concurrence, il est primordial d’établir un comparatif sectoriel des indicateurs issus de votre compte de résultat. Ce document complémentaire peut être établi par votre expert-comptable.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

A lire aussi